Ostéopathie, Acupuncture

L’acupuncture

L’acupuncture est née il y a plus de 3000 ans de l’observation par les Chinois de points douloureux de la peau en relation avec des troubles organiques. Ils ont cherché ainsi à guérir les maux en chassant ces douleurs superficielles accessibles. Cette médecine qui ne bénéficiait pas de la puissance de la science actuelle (scanner, radiographies, examens sanguins, …) a procédé par comparaison, analogie et modèle emprunté à la nature. Elle apporte indiscutablement un complément idéal à la médecine classique en prenant en compte les relations psychosomatiques et les interactions environnementales climatiques ou locales. Elle exploite des éléments non utilisés habituellement et permet de préciser un diagnostic, de mieux comprendre des fausses coïncidences pathogéniques et de traiter des dérèglements aussi pénibles que la douleur, le spasme, l’atonie, la parésie, l’inflammation ou les névroses. Pour beaucoup de maladies, elle apporte un précieux complément pour stimuler l’immunité, combattre la douleur, aider la cicatrisation, ou amplifier un traitement comportemental.

L’ostéopathie

Le terme ostéopathie a une origine contestée: pour certains, il est constitué des racines « ostéo » (os) et « pathein » (souffrir), pour d’autre la racine « path » vient de l’anglais et signifie chemin… Mais le mot ostéopathie est pour le moins mal choisi et il convient plutôt de parler de médecine manuelle, même si ce terme paraît souvent péjoratif. Cette médecine sans médicament ni appareillage d’aucune sorte se propose de restaurer la mobilité articulaire ou la statique vertébrale perturbée. Elle est avant tout une médecine du corps entier qui, partant d’un déséquilibre localisé, a pour but de rechercher plus loin, pour aboutir à une rééquilibration générale de tout l’organisme, véritable prophylaxie de la maladie sous tous ses aspects. Les techniques ostéopathiques se basent sur une utilisation directe des énergies et des ressources physiologiques du malade, comme moyen de diagnostic et de traitement; elles incluent les échanges entre les liquides, les mouvements cellulaires des tissus mous et la mobilité articulaire des mouvements osseux.

Retour