LA CESARIENNE PROGRAMMEE CHEZ LE CHIEN

La césarienne est un acte principalement pratiqué en urgence par les vétérinaires, cependant, il existe un certain nombre de races canines prédisposées à avoir des complications lors de la mise-bas, notamment les races brachycéphales (Bulldog, Bouledogue Français, Carlin…), et pour ces races, mais aussi pour d’autres, il est possible de programmer une césarienne si les propriétaires le souhaitent.

 

CONDITIONS

La femelle doit être en bonne santé et en âge de reproduire (2 ans idéalement).

Un suivi de chaleurs doit être réalisé afin de déterminer précisément, à l’aide d’un dosage de progestérone sanguine, la date d’ovulation, car c’est elle qui permettra de fixer la date de l’intervention (entre 61 et 63 jours post ovulation).

 

PROTOCOLE

A J-1, précisément H-12h de préférence : Echographie de contrôle de viabilité des foeti

Injection d’Aglépristone (ALIZINE ND) à 10mg/kg par voie sous-cutanée, molécule anti-progestérone dont l’intérêt est de préparer l’organisme à la mise-bas, elle jouerait aussi un rôle dans la maturation pulmonaire des chiots.

Pour l’intervention, l’animal doit être à jeûn.

La préparation du site opératoire se fait autant que possible avant l’anesthésie, pendant la préoxygénation au masque.

capture

Anesthésie :

Anesthésie locale traçante sur la ligne d’incision.

Induction au Propofol IV à la demande, intubation trachéale et relai gazeux Isoflurane/O2

L’administration d’un morphinique se fait après extraction du ou des petit(s).

 

 

capture

La césarienne s’effectue par laparotomie (ouverture de l’abdomen par incision chirurgicale)  médiane et hystérotomie (ouverture de l’utérus) qui doivent être pratiquées le plus rapidement possible afin que la réanimation des petits soit rapide.

Les chiots une fois extraits doivent avoir les voies respiratoires dégagées, les cordons coupés et doivent être séchés, réchauffés et oxygénés si besoin, la clé d’une réanimation efficace résidera en grande partie dans la rapidité de la préparation et le dosage de l’anesthésie.

 

CONCLUSION

La césarienne programmée reste un acte proposé et non systématique, car les mises-bas naturelles doivent autant que possible être favorisées, mais elle permet d’éviter certaines complications ou la mise-bas dystocique (qui n’aboutit pas) en urgence, plus traumatisant pour la femelle et les petits, et toujours inquiétant pour les propriétaires ? A noter aussi que le taux de survie des chiots avec ce protocole, avoisine les 100%.

0