Le Syndrome obstructif des voies respiratoires supérieures des races brachycéphales

Cette pathologie des voies aériennes supérieures se rencontre fréquemment chez les races brachycéphales comme le bulldog anglais, le bouledogue français, le Carlin, le Cavalier king charles, le Shi-Tzu ou le Pékinois: ces chiens présentent une face « aplatie » et des narines souvent rétrécies. Le rhino-pharynx ( jonction entre les cavités nasales et la gorge) est généralement largement modifié avec des conséquences problématiques voire graves: ronflements, vomissements et régurgitations et surtout difficultés respiratoires pouvant se compliquer de cardiopathies : le chien, incapable de s’oxygéner correctement, est constamment handicapé avec un risque accru d’accidents graves et parfois mortels: coups de chaleur, syncopes .
Le syndrome obstructif des voies respiratoires supérieures regroupe un ensemble de symptômes consécutifs à ces modifications anatomiques. Une ou plusieurs de ces anomalies peuvent être présentes chez le même chien, classiquement : – La sténose des narines: rétrécissement sévère des narines – Un voile du palais trop long et souvent épaissi, gênant le fonctionnement du larynx, voire, dans les cas extrêmes, s’engageant dans le larynx. – Une éversion des ventricules laryngés : sortes de « poches », situées à l’entrée du larynx en arrière des cordes vocales, ils peuvent, consécutivement à l’inflammation chronique et l’augmentation des efforts inspiratoires, se dévaginer obstruer le larynx, aggravant notablement la dyspnée ( difficulté respiratoire). – et de façon plus rare, une sténose trachéale ( diminution du diamètre ).

Eversion des ventricules laryngés

Eversion des ventricules laryngés

bilan préopératoire : voile du palais trop long

bilan préopératoire : voile du palais trop long

 

 

 

 

 

 

Point important, cette pathologie est évolutive et s’aggrave sensiblement avec le temps: laryngite, pharyngite, amygdalite, fibrose et épaississement du voile du palais, aggravation des complications digestives ( régurgitations, vomissements), complications de la dyspnée chronique ( pathologies trachéo-bronchiques, cardiaques etc..) Il est également important de considérer que le développement cardio-pulmonaire ( capacité respiratoire en particulier ) peut être définitivement compromis si la correction chirurgicale n’est pas effectué de façon suffisamment précoce.
Le diagnostic est relativement simple mais l’appréciation de sa gravité et de l’indication chirurgicale est parfois plus délicate et nécessite souvent des examens complémentaires :
– Radiographies thoraciques
– Fibroscopie des voies respiratoires supérieures et de la trachée permettant de faire un bilan des modifications anatomiques et de la physiologie respiratoire ( fonctionnement du larynx en particulier ).
– Bactériologie en cas d’infection associée. – et, le cas échéant, fibroscopie digestive, analyse des gaz du sang etc….
Le traitement est d’autant plus efficace qu’il est mis en œuvre précocement afin de minimiser le risque d’apparition de lésions associées : fibrose et épaississement du voile du palais, éversion des ventricules laryngés, collapsus laryngé, lésions trachéobronchiques ou répercussions cardiaques. Il repose de façon essentielle sur une correction des modifications anatomiques afin de restaurer une fonction respiratoire aussi bonne que possible : – Résection de la partie terminale du voile du palais – Résection des ventricules laryngés éversés – Amygdalectomie – Rhinoplastie ( ouverture des narines) – Pexie de l’épiglotte en cas de bascule L’utilisation du LASER a notablement amélioré la prise en charge chirurgicale : réduction de l’inflammation et de la douleur postopératoire, meilleure cicatrisation tissulaire.. En règle générale, le LASER permet de raccourcir le temps chirurgical et de limiter, et souvent même éviter, les sutures chirurgicales. Un traitement médical est ensuite mis en place : de court terme pour le post-opératoire (antalgiques, anti-inflammatoires, anti-infectieux) , de moyen terme en cas de pathologie digestive associée par exemple.

Les vétérinaires du réseau CONVERGENCES ( Montpellier Métropole) se tiennent à votre disposition pour dépister ce syndrome. Si vous adoptez ou achetez un chiot de race à risque, n’hésitez pas à aborder le sujet de façon précoce. La consultation devient indispensable si votre chien présente des symptômes évocateurs: intolérance à l’effort, à la chaleur, ronflements, dyspnée, pauses respiratoires, régurgitations/vomissements récurrents. Votre vétérinaire traitant appréciera l’indication opératoire et réalisera les examens complémentaires nécessaires. Si l’indication opératoire est posée, la chirurgie ( Technique LASER ) pourra s’effectuer au sein du réseau CONVERGENCES, avec un examen fibroscopique préalable si nécessaire. Cette intervention sur les voies respiratoires n’est, bien sûr pas anodine et, comme toute intervention chirurgicale, le risque anesthésique n’est pas nul. Cependant, grâce aux améliorations des techniques anesthésiques et chirurgicales et de la prise en charge de la douleur, le taux d’accident est très faible et les complications rares: le bénéfice/risque est très en faveur de la chirurgie qui permet d’améliorer très notablement et dans la grande majorité des cas la qualité de vie de ces chiens.

Chirurgie de résection du voile du palais au LASE

Chirurgie de résection du voile du palais au LASE

0